Methode Dissertation Histoire Geographie

Cédric Grimoult propose une méthodologie de la dissertation d’histoire, de géographie et géopolitique en 8 étapes. Laissons de côté le titre racoleur, qui laisse à penser qu’il suffit de 8 jours pour réussir cet exercice complexe qu’est la dissertation. D’ailleurs, l’auteur précise lui-même rapidement, dans l’introduction, qu’un tel exercice nécessite un travail préparatoire et de nombreux entraînements.
Il aurait été préférable de titrer sur les 8 étapes indispensables pour réussir une bonne dissertation.

 1ère étape : apprendre à s’organiser. Il s’agit de petits conseils pratiques avant les épreuves ou pendant.

 2e étape : analyser un sujet. Le libellé d’un sujet n’est pas décidé au hasard et chaque mot a son importance. Chacun des mots de l’intitulé d’un sujet doit être analysé comme nous le montre l’auteur, exemples à l’appui. Ensuite, il explique comment s’interroger sur les bornes chronologiques et spatiales du sujet.

 3e étape : comprendre où se situe le problème. Afin de bien comprendre ce qui est attendu du sujet, l’auteur propose de faire un organigramme analytique, c’est-à-dire une analyse de chacun des termes du sujet qui seront définis. Une fois le sujet ainsi décortiqué, on doit s’interroger sur les enjeux du sujet (historiographie, référence à des modèles, paradoxe). Enfin, on questionnera le sujet : qui ? pourquoi ? comment ? où et quand ?

 4e étape : élaborer une problématique adaptée. Chapitre assez court mais intéressant qui explique qu’il est plus judicieux de ne pas mettre la problématique sous forme de questions car une problématique est une hypothèse de travail et qu’en ce sens, elle ressemble plus à une réponse qu’à une question.

 5e étape : bâtir un plan efficace. L’auteur développe les différents types de plan avec à chaque fois, les avantages et les inconvénients de la mise en œuvre de tel ou tel plan et un exemple est développé : plan chronologique, plan thématique ou typologique, plan à différents niveaux d’analyse (du local au global, du particulier au général), le plan analytique (aspects, facteurs et limites) et le plan géographique (description, explication, typologie), le plan dialectique (thèse, antithèse, synthèse). En fin de chapitre, un tableau présente un sujet traité avec les différents types de plan, afin de mieux mettre en évidence les avantages et les inconvénients de chaque type de plan.

 6e étape : construire une argumentation. L’exercice du jour 6 consiste à écrire un paragraphe en développant une idée centrale, une explication, un exemple et éventuellement des nuances dans ce qui a été démontré. Pour chaque étape, là encore, un exemple est longuement développé.

 7e étape : éviter le hors-sujet. Ce chapitre reprend ce qui a déjà été dit dans d’autres chapitres et il n’était donc pas forcément nécessaire de développer à nouveau l’utilité de bien délimiter le sujet en relisant l’intitulé, de faire le tour de la question en s’interrogeant sur les bornes chronologiques, spatiales et thématiques, ce qui est normalement fait dans l’analyse du sujet.

 8e étape : réussir l’introduction et la conclusion. Il est rappelé l’importance de l’introduction qui donne envie au correcteur de lire la copie et qui lui permet, bien souvent, de voir déjà la qualité du devoir. Les incontournables de toute introduction sont rappelés : accroche, définition des termes du sujet, des bornes chronologiques et spatiales, justification du sujet, annonce de la problématique et du plan. Des conseils sont donnés pour chaque étape et une introduction est montrée en exemple. La conclusion est composée de la synthèse et de l’ouverture.

Le livre se termine par la correction des exercices qui ont été donnés chaque jour.

Voilà un petit livre très utile, qui n’enfonce pas des portes ouvertes comme on pourrait le penser en se disant « encore un livre sur la méthode de la dissertation ». Si certains passages peuvent se lire vite (conseils pour le jour des épreuves ou éviter le hors-sujet), les chapitres sur « analyser du sujet », « comprendre le problème » ou « construire une argumentation » sont très pertinents et peuvent permettre d’éviter bien des erreurs.

L’intérêt de cet ouvrage réside aussi dans les nombreux exemples qui viennent étayer chaque étape, pour montrer ce qu’il convient de faire ou au contraire d’éviter. Enfin, les exercices donnés en fin de chapitre permettent de s’entraîner.

Si dans une dissertation, les connaissances sont indispensables, la maîtrise de la méthode de la dissertation joue un rôle qui est loin d’être négligeable dans la réussite de l’épreuve. Ce livre peut permettre d’aligner des points grâce à une méthode rigoureuse.

© Clionautes

Méthodologie : initiation à la dissertation

L'Introduction

L'introduction est un préambule, une entrée en matière ; elle définit aussi les fondations du devoir.

Pour cela elle est d'une importance capitale: si il existe de mauvais devoirs avec une bonne introduction, il n'existe assurément pas de bons devoirs sans une introduction correcte. Plus précisément, comme un bâtiment ne peut être solide s'il n'est pas construit sur des fondations solides, un devoir ne peut avoir une architecture résistant à la critique s'il n'a pas une introduction solide. De plus, même si ce n'est pas toujours le cas, poser une bonne introduction permet souvent de construire un devoir solide.

Donc, il faut concentrer ses efforts sur la construction et la rédaction de l'introduction afin de poser les fondations d'un bon devoir.

Non seulement, l'introduction est une entrée en matière, c'est-à-dire qu'elle précise les limites du sujet et en présente le contexte mais encore, elle :

  • définit le sens des termes du sujet, indique une éventuelle polysémie (termes à plusieurs sens), note le ton du sujet,
  • pose une question qui va guider tout le devoir, la problématique. C'est cette problématique qui est fondamentale car elle montre si le sujet est compris ou non et est la colonne vertébrale du devoir puisqu'elle guide toute sa progression.

La problématique est la question à laquelle le devoir doit répondre.

Enfin, l'introduction annonce le plan du devoir, c'est-à-dire son organisation interne, la manière dont se déroule le développement. Ce plan doit être suivi durant toute la progression du devoir.

Le développement

Le développement du plan suit l'architecture présentée et annoncée dans l'introduction.

Ce plan se fait en général en trois parties. Exceptionnellement, un plan peut se faire en deux ou quatre parties mais il doit se justifier par un très bon devoir.

Les parties correspondent à ce qui a été annoncé dans l'introduction.

Chaque partie est composée de plusieurs paragraphes (trois ou quatre). Chaque paragraphe présente une idée et une seule, un argument et un seul. Cette idée est accompagnée d'exemples qui l'illustrent sans sortir dans le hors-sujet et sans entrer dans la paraphrase d'éventuels documents fournis.

Les parties se terminent par une transition qui referme l'idée développée par la partie et qui la lie avec la suivante.

La conclusion

La conclusion est la deuxième partie la plus importante du devoir. Elle termine la dissertation et par conséquent, ce sont les dernières phrases que le correcteur va lire avant de donner son verdict. Il est donc fortement conseillé de les soigner particulièrement.

La conclusion termine la dissertation et donc répond à la problématique, c'est-à-dire à la question fondamentale du devoir posée en introduction.

La conclusion ne résume pas le devoir, elle le referme en y répondant.

De plus, lorsque l'on maîtrise bien le sujet, il est possible de terminer la conclusion par une ouverture vers ce qui pourrait être un autre sujet, une autre problématique dans le même champ, mais vers d'autres horizons.

Rappels

Ce qui importe avant tout est la logique du raisonnement, la rigueur et la précision de la démonstration. Les connaissances doivent donc être parfaitement assimilées pour s'enchaîner logiquement.

Exemples de sujets

Sujet de type évolutif :

La Gauche en France de 1945 à nos jours.

Plan possible : chronologique

  1. Une division de la Gauche favorisée par la IV-ème République
  2. Une Gauche marginalisée sous le Gaullisme
  3. La Gauche à l'épreuve du pouvoir en France depuis 1981

Plan possible : thématique

  1. Une Gauche profondément enracinée dans la vie politique
  2. De brefs passages au pouvoir
  3. Une Gauche qui mène de profondes réformes

Sujet de type interrogatif :

Le Brésil, une grande puissance du tiers-Monde ?

Plan possible 1 : dialectique

  1. thèse
  2. antithèse
  3. synthèse

Plan possible 2 : thématique

  1. Critères d'une grande puissance - Atouts
  2. Faiblesses
  3. Notion de puissance ? Puissance en devenir ?

Sujet de type comparatif :

La Grande-Bretagne et la France face au problème de la décolonisation.

Plan possible : dialectique

  1. points communs
  2. différences
  3. bilan

Sujet de type analytique :

L'Europe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Plan possible : thématique

  1. Description et analyse du phénomène
  2. Explication
  3. Limites du problème - Typologie

One thought on “Methode Dissertation Histoire Geographie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *